"News, informations Africaines, revues de presse et actualités internationales."


Dernières News
Actualités Afrique » Afrique de l'Ouest » Burkina Faso » Burkina Faso : Blaise Compaoré tu dois dégager !

Burkina Faso : Blaise Compaoré tu dois dégager !

Temps estimé pour la lecture de cet article : 15 min

Afrique News

« Toi Blaise Compaoré « Blaiso » voilà 27 ans que tu es arrivé au pouvoir en faisant tuer le président Thomas Sankara, il faut que tu comprennes qu’il est tant de dégager… »

Blaise Compaoré Dégage !

Pour que cette vermine de « Blaiso » alias Blaise Compaoré président par le sang du Burkina Faso s’en aille ! Abas la corruption, Abas l’autocratie, Abas la connivence avec la Françafrique et les USA, Abas le mondialisme et impérialisme ! Abas l’hégémonie, Abas l’assistanat, Abas le suivisme, Abas le CDP, Vive le peuple Burkinabé ! Suivez-nous sur notre page Facebook :

Blaise Compaoré Dégage !

La mort de Thomas Sankara

Jeudi 15 octobre 1987. Il est 16 heures. Des armes crépitent au Conseil de l’entente, l’état-major du Conseil national de la révolution à Ouagadougou, tout près des ministères et de la présidence. Un groupe de soldats para-commando vient de débarquer avec, à l’évidence, pour mission de liquider tout le monde.
Dans la cour, tous les gardes sont abattus. Dans un bureau, le capitaine Thomas Sankara en réunion avec des conseillers lance à son entourage : « restez-là, c’est moi qu’ils veulent ! » Le président, en tenue de sport, se précipite dehors les mains en l’air. Mais il est immédiatement fauché à l’arme automatique. Aucun de ses gardes ni conseillers ne sera épargné. En tout, une quinzaine de personnes sont abattues. Ils seront tous enterrés à la hâte, la même nuit, au cimetière de Dagnoen, un quartier de l’est de Ouagadougou.

Dans toute la zone de la présidence et du Conseil de l’entente, militaires et civils courent dans tous les sens. Les Burkinabés qui sont au bureau ou à la maison se précipitent vers les postes transistors. Sur Radio Burkina, les programmes sont suspendus. On ne diffuse plus que de la musique militaire. Pour des Burkinabés déjà habitués aux coups d’État, c’est un signe qui ne trompe pas : le pouvoir a changé de main. La confirmation ne tarde pas. Un communiqué lu à la radio par un officier annonce notamment la démission du président du Faso, la dissolution du Conseil national de la révolution et proclame la création d’un Front populaire dirigé par le capitaine Blaise Compaoré, jusque-là numéro deux du régime révolutionnaire.

La confusion est totale. Le citoyen de base ne comprend pas pourquoi un règlement de comptes aussi sanglant entre deux leaders considérés comme « amis et frères ». Mais les observateurs, eux, ne sont pas surpris. Depuis quelques mois, la guerre des chefs avait commencé au sommet de l’État entre les deux capitaines, numéros un et deux du régime. L’entente entre ces deux hommes, qui partageaient même des repas familiaux ensemble, s’effritait alors que la révolution déclenchée le 4 août 1983 entamait tout juste sa cinquième année.

A Ouagadougou, les rumeurs de coup d’État se faisaient de plus en plus persistantes. « Le jour que vous entendrez que Blaise Compaoré prépare un coup d’État contre moi, ce n’est pas la peine de me prévenir. Car, ce serait trop tard », avait lancé avec prémonition Thomas Sankara à des journalistes.
Il faisait ainsi allusion à la forte amitié qui le liait à Compaoré. Par naïveté ou par impuissance, le charismatique chef de la révolution burkinabé n’échappera donc pas aux balles de son entourage. (Source du texte : Thomassankara.net).

Auto-destruction du Burkina Faso

Toi Blaise Compaoré le comploteur et tueur, tu as brisé tous les acquis du Burkina Faso sous la présidence de Thomas Sankara, tu as soumis ton peuple, les avantages sociaux ont été supprimés, tu as vendu ton âme au diable (La France en partie) pas pour le bien du peuple mais pour ton besoin personnel afin de t’enrichir, l’économie Burkinabé n’est plus ! Tu enrichis ton clan Compaoré, tu censures les médias, tu brides ton peuple comme l’on fait les colons en leur temps, tu te moque de la liberté de pensée et d’expression. Tu as réduit le Burkina Faso a l’état de mendiant ! Tu es pitoyable, il est temps pour toi de prendre ta retraite non-méritée ! Tu n’auras pas marqué l’histoire du Burkina Faso, mais juste œuvrer a l’entacher !

Information sur les articles

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Grigrinews.com . Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Grigrinews.com.


News QR-Code

qr-code

Burkinabé Attitude
Jeune papa résident au Burkina Faso le pays des hommes intègres... Enfin c'était vrai à l'époque, notre pays le Burkina Faso est devenu une Autocratie politique avec son président Blaise Compaoré qui s'accroche au pouvoir avec l'aide de la France et des USA... Rédacteur de news articles pour la libération du Burkina Faso de cette dictature!
Revenir en haut de la page