"News, informations Africaines, revues de presse et actualités internationales."


Dernières News
Actualités Afrique » Rédacteur: Grégoire Biyogo

Rédacteur presse : Grégoire Biyogo

Souscrire au flux
Grégoire Biyogo
Historien de la philosophie, spécialiste de Derrida et de Rorty, Grégoire Biyogo est professeur Habilité à Diriger des Recherches. Lauréat de la Sorbonne, il enseigne la poétique à l'Université Omar Bongo de Libreville et la méthodologie de la recherche au séminaire doctoral du CEE de Paris XII.

Où sont donc les derniers philosophes, politologues et clercs par ce temps de relégation de la science du charabia?

« Les thèses relatives à la différence et à la hiérarchie de l’intelligence ont toutes été réfutées. La notion de « race » elle-même est rejetée par la biologie moléculaire. Les théories biologiques de l’intelligence attachées au dogme de l’inégalité des peuples ou des hommes propagées par des pseudos-savants ont été sévèrement récusées. » 1-A commencer par Agassis (1807-1873) qui a prétendu que les « races » sont apparues séparément sur terre, validant en cela la thèse spécieuse du polygénisme contre la thèse scientifiquement admise du monogénisme, qui veut que l’humanité soit apparue à un seul en droit en premier, en Afrique dans la Rift Valley, avant de se répandre sur la surface de la Terre. 2-Morton pour sa part a tenté de justifier au XIXè siècle la pseudo-théorie du polygénisme à partir de son idée superstitieuse de la mesure de la capacité crânienne. 3-Il en a été de même de celui que l’on considère comme le père de la craniométrie, Broca (1824-1880) qui a voulu établir une correspondance entre la taille du cerveau et la division sociale (Noirs/Blancs, Hommes/Femmes, Intellectuels/Non-intellectuels…) 4-On peut en dire autant de Lombroso (1835-1909), qui a fondé l’anthropologie criminelle qui a défendu l’idée saugrenue que les délinquants présentaient des caractères biologiques ... Lire la suite »

Revenir en haut de la page