"News, informations Africaines, revues de presse et actualités internationales."


Dernières News
Actualités Afrique » Afrique centrale » République centrafricaine » Restes de la colonisation en République Centrafricaine

Restes de la colonisation en République Centrafricaine

Temps estimé pour la lecture de cet article : 15 min
Afrique News

Centrafrique News

Est-il convenable d’envisager construire l’avenir, bâtir un nouvel essor, d’une société empêtrée dans des difficultés intestinales de tous genres matériels et toutes sortes humaines, avec des personnes qui ont constitué l’errance et caractérisé les échecs minant de la dite société ?

Le futur de l’Afrique ne devrait dès lors être entrevue avec la participation d’une frange de sa population fortement infime dans l’actuelle démographie africaine, si selon compréhension, le rejet (abjection) de telles personnes constituant l’errance et caractérisant l’échec s’impose à votre perception.

Ces personnes sont tout bonnement celles-là, des malotrus vieillards plus en verve à faire appel à l’assistance et secours étranger au mépris des populations locales, qui depuis plus d’une cinquantaine d’années s’approprient (avec la complicité étrangère frappée de docilité de serf) les hautes sphères de l’administration publique africaine : ces anciens présidents, ministres et autres haut commis de l’Etat qui n’ont qu’à coeur de se représenter (imaginer en dépit d’incarner l’échec) incontournable dans l’essor des nations africaines.

D’un récent exemple bien à propos, l’ancien aide de camp, François Bozizé Yangouvonda, du mégalomane despote s’étant couronné empereur de la Centrafrique territoire d’Afrique centrale, Jean Bédel Bokassa, arrivé lui aussi au pouvoir (plus haute marche administrative) comme son mentor Bokassa par les armes (coup d’Etat), avec la complicité étrangère, avant d’y être chassé à l’exil pour patent échec de la même sorte (voie des armes et complicité étrangère) ; Contrairement à son mentor, Bokassa, qui se résolu à taire sa malédiction dans l’exil et de s’abandonner aux tourments des voies et suppliantes religieuses ; Bozizé, exilé par la communauté internationale (héritière des problèmes par lui causé) en Ouganda (Afrique de l’Est), lui entend se porter à la course (concourir) à la future élection majeure (présidentielle) prévue pour ce tenir si possible dès le 18 Octobre 2015.

Cet autre patent acteur de la longue déchéance des années durant de la Centrafrique, qu’est Bozizé, non résolu pour le bien de la nation à se mettre en marge de la future rénovation et reconstruction au loin des malheurs induits par lui et toute une cohorte de paumés, n’en est pas le seul à pourrir l’espace public de ce territoire.

La plupart des candidats déclarés en sont de son acabit (malheur) :

Anicet Goerges Dologuélé, né en 1957, ancien premier ministre (1999-2001).

Marie-Reine Hassen, née en 1954, ancienne épouse de Bokassa, ancienne ministre et comptable de l’ère Bozizé.

Fidèle Gouandjika, né en 1955, ancien ministre (2005-2011).

Général Xavier Sylvestre Yangongo, né en 1946, ancien ministre.

Jean Willibrio Sako, né en 1946, ancien ministre.

Martin Ziguélé, né en 1957, ancien premier ministre.

Jean-Barkès Gombe-Ketté, né en 1953, ancien maire de Bangui (2003-2011 sous Bozizé).

Charles Armel Doubane, né en 1966, ancien ministre.

Joseph Bendounga, né en 1954, ancien ministre.

Faustin Archange Touadéra, né en 1957, ancien premier ministre.

Francois Bozizé Yangouvounda, né en 1946, ancien président de la république (2003-2013).

Notez qu’à une exception près de cette liste, l’ensemble de ces colistiers sont nés avant la dite indépendance de ce pays, et sont donc par déduction des personnes sacrifiées de jeunesse de colonisé ! Ce qui expliquerait en partie l’amertume endurée depuis lors par ce territoire que ces laptots colonisés voudraient perdurer.

Cette marmaille du malheur listé ci-dessus, constitue la perdition ad vitam aeternam et caractérise l’échec indécrottable. Pour le bien de la Centrafrique, dont le jeu démocratique autorise cette marmaille du malheur à concourir, l’avenir pour peu qu’il puisse être envisagé radieux, ce territoire pour son salut recherché et possible à matérialiser, ne doit -plus- en aucun cas voir sa destinée être confiée à aucune personne de cette marmaille du malheur.

Peuples de Centrafrique libérez-vous des chaînes des suppôts des colons qui n’ont d’égal ardeur qu’à vouloir vous contenir en colonisation !

Article par Joseph Tapa

Information sur les articles

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Grigrinews.com . Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Grigrinews.com.


News QR-Code

qr-code

Rédacteur Joseph TAPA

Joseph TAPA
Amoureux de la vie, du continent africain et m'y passionne: Dans la recherche et ébauches de sortie des crises et sensibilisation au devenir de ce continent. Affectionne la réflexion sur les contours de la vie humaine. Esquisse sur le devenir du continent africain.
Revenir en haut de la page